Pourquoi sommes-nous des véganes pro-OGM ?

Traduction libre de l’article Why are we pro-gmo? (vegangmo.com)

Comme la plupart des gens, vous vous dites sûrement : « Des véganes en faveur des OGM ?! Vous voulez rire, non ? » Et pour cause : les conspirationnistes anti-OGM sont parvenus à récupérer le mouvement végane, faisant de nous les dindons de la farce.

soylent-pro-gmoE

Nous sommes convaincus que le génie génétique et, par extension, les organismes génétiquement modifiés sont des technologies de première importance. À nos yeux donc, l’ignorance et les différents mythes qui entourent ce champ de recherche constituent au mieux un obstacle au progrès, au pire un préjudice grave.

En tant que véganes, nous nous sentons particulièrement concernés par cette question pour les raisons suivantes :

Les tests sur animaux. L’obstination à vouloir davantage de tests toxicologiques injustifiés mène à l’utilisation cruelle d’un plus grand nombre d’animaux dans les laboratoires. Par exemple, l’étude Séralini, qui a fait l’objet de très nombreuses critiques du fait de son non-respect des normes de bien-être animal et d’une rétraction en raison de sa mauvaise méthodologie, a imposé une longue et douloureuse agonie à plusieurs rats atteints de tumeurs, les expérimentateurs ayant décidé de ne pas les euthanasier en dépit de leur état de santé fortement dégradé. Certes, cette étude est un cas extrême, mais lorsque les activistes anti-OGM réclament des tests de sécurité pour des motifs purement idéologiques – alors que la sécurité des OGM fait consensus au sein de la communauté scientifique – des animaux en pâtissent inutilement.

Les produits alternatifs. Le génie génétique peut effectivement contribuer à la création de substituts aux produits animaux. Un exemple : l’insuline, qui provenait autrefois d’animaux abattus pour la consommation, est désormais produite par le biais de bactéries génétiquement modifiées. Les biotechnologies pourraient également nous permettre de remplacer les aliments d’origine animale comme le fromage (voir par exemple le projet des biohackers de Real Vegan Cheese). Notons qu’à l’heure actuelle, il est difficile de reproduire le goût et la texture du fromage à partir d’ingrédients d’origine végétale, et que le nombre réduit de fromages végétaliens réellement convaincants constitue un obstacle pour nombre de personnes qui songent à devenir véganes.

La santé et la nutrition. Grâce au génie génétique, nous serons en mesure de créer des plantes riches en éléments nutritifs pouvant faire défaut dans un régime végane, notamment la vitamine B12 et les oméga-3 DHA. Il sera dès lors plus facile de devenir végane et de le rester. Récemment, les chercheurs du CSIRO (Organisation fédérale australienne pour la recherche scientifique et industrielle) ont créé une variété de colza capable de produire des acides DHA. Les véganes ont besoin de ces oméga-3 à chaîne longue et leur version synthétique pourrait sauver la vie de nombreux poissons. Les humains aussi sont des animaux, et beaucoup d’entre eux ont cruellement besoin d’aide. Le génie génétique pourrait justement aider les populations souffrant de malnutrition à obtenir certains nutriments essentiels. 

L’environnement. La création de plantes nécessitant moins de pesticides et d’engrais contribuera au développement d’une agriculture durable plus respectueuse des différentes formes de vie sur cette planète : le nombre d’insectes tués sera moindre, la diminution des ruissellements agricoles réduira le risque d’empoisonnement des animaux marins, et les cultures sans labour ou nécessitant un travail réduit des sols sauveront la vie de nombreux animaux hypogés.

Les grandes entreprises. Tant que la réglementation et les politiques seront façonnées par des peurs infondées, seules les entreprises les plus importantes pourront s’en accommoder. Afin de restaurer des conditions de concurrence plus équitables et permettre aux petits groupes de chercheurs indépendants d’utiliser ces outils, une approche plus rationnelle des biotechnologies devrait être envisagée par les citoyens et leurs représentants.

Le progrès scientifique. Les avancées dans un domaine scientifique particulier sont susceptibles de profiter à d’autres champs de recherche. Ainsi, la biologie animale peut tirer parti de certaines découvertes en biologie végétale. Un exemple : ce traitement de la leucémie, qui résulte de la recherche en phytopathologie.

Une minorité bruyante tente manifestement de récupérer la cause végane par le biais de réflexions conspirationnistes et d’informations sans valeur sur les OGM. Le meilleur antidote contre cette désinformation reste la pensée critique ainsi que les sources d’informations scientifiques et compétentes.

Ensemble, opposons-nous aux anti-OGM !

 

Article complémentaire :

Allez-y — Mangez de la nourriture génétiquement modifiée. Ce n’est pas mauvais pour vous. (L’Animaliste)

Publicités

2 réflexions sur “Pourquoi sommes-nous des véganes pro-OGM ?

  1. tres interessant, les ogm sont surement à surveillez de pres tant en raison des espoirs qu ils suscittent que des dangers de pollution génétique entrainant la disparition de variétés population et les risques pour la santé humaine et animale que corroborre l étude du professeur Serallini.
    En résumé super la recherche mais attention de pas nous faire une nouvelle vache folle, poubelle nucléaire ou autre perturbateurs endocrinien dont les technos ont le secret.Sinon pour « sauver la planete » y a les arbres(agroecologie/perma au Bresil notamment) ,la selection paysanne(videos édifiante sur pascal poot), etc,etc.LA BONNE ANNEE!!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s